ALLEMAGNE - CULINARY CRAFT

ZWILLING CULINARY WORLD, DESTINATION ALLEMAGNE

ZWILLING Knives Production

"L'ARTISANAT ALLEMAND EST IMPRÉGNÉ DE TRADITION, DE SAVOIR-FAIRE ET D'EXPÉRIENCE QUI SE TRANSMET DE GÉNÉRATION EN GÉNÉRATION."

Martin Löhndorf – Fabricant de couteaux ZWILLING, Solingen


ZWILLING Culinary World

En tant que l'une des plus anciennes marques au monde, ZWILLING a toujours été synonyme de tradition, d'innovation, de qualité, de design, de diversité et de confiance. Mais ce n'est pas tout. 

Nous avons fait un voyage culinaire avec la blogueuse culinaire Meike Peters de 'Eat in my kitchen' et nous avons recueilli des recettes inspirantes.

Nos produits font partie intégrante de ce rituel, qui est indispensable et devrait faire de la préparation de votre plat préféré une expérience créative, joyeuse et collective. Lorsque nous parcourons le monde, nous ne pouvons pas oublier l'origine de ZWILLING. C'est pourquoi nous avons commencé notre cinquième étape de notre voyage culinaire à Solingen. Cette ville est le lieu de naissance de ZWILLING. L'artisanat et la tradition sont très appréciés dans la région.


ZWILLING Solingen, Allemagne


SOLINGEN_41_1240x415

Découvrez les couteaux ZWILLING >>

Découvrez


ENTRETIEN AVEC UN FABRICANT DE COUTEAUX ZWILLING

Martin Löhndorf, Solingen

Meike Peters : Pourriez-vous vous présenter ?
Martin Löhndorf : Je m'appelle Martin Löhndorf et je suis coutelier chez ZWILLING J.A. Henckels GmbH. Je suis né et j'ai grandi à Solingen.

Meike Peters : Qu'est-ce qui vous a inspiré à devenir coutelier ?
Martin Löhndorf : C'est arrivé quand j'étais jeune. Nous avons fait un voyage scolaire dans un vieil atelier de meulage et j'ai été fasciné par la façon dont ils utilisaient les roues à eau pour faire fonctionner les meules et comment ils meulaient les lames. Cela a éveillé ma curiosité.

Meike Peters : Pourquoi Solingen est-elle une région importante pour les couteaux ?
Martin Löhndorf : Solingen a une longue tradition dans le domaine des couteaux. Tout a commencé avec les réserves naturelles locales de minerai et de fer. La rivière Wupper traversait la ville et les ateliers de meule s'y sont installés pour utiliser l'eau pour alimenter leurs meules.

Meike Peters : Depuis combien de temps travaillez-vous chez ZWILLING ? Avez-vous fait votre apprentissage là-bas ?
Martin Löhndorf : J'ai fait mon apprentissage dans une petite coutellerie à Solingen. Je ne suis allé chez ZWILLING qu'après. J'y suis depuis 24 ans.

Meike Peters : Qu'est-ce qui vous fascine le plus dans l'artisanat ?
Martin Löhndorf : L'artisanat est spécial parce qu'il s'agit de faire des choses. Vous produisez quelque chose et vous avez un produit fini à la fin. C'est toujours un sentiment merveilleux.

Meike Peters : Avez-vous un couteau préféré ?
Martin Löhndorf : Mon couteau préféré est le TWIN 1731 Santoku. C'est avec ça que j'aime le plus travailler.

Meike Peters : Qu'est-ce qu'il y a dans ce couteau que vous aimez tant ?
Martin Löhndorf : Il tient parfaitement dans la main. Il a une lame fine et le bois spécial utilisé pour le manche est très agréable au toucher. C'est un vrai plaisir de couper avec ce couteau.

Meike Peters : Avez-vous des conseils sur la façon de garder les couteaux aiguisés pendant longtemps ?
Martin Löhndorf : Ne jamais nettoyer les couteaux dans un lave-vaisselle. Après avoir utilisé un couteau, je le nettoie avec une éponge douce et je l'essuie. S'il a un manche en bois, j'applique occasionnellement un peu d'huile d'olive pour aider à l'entretien du bois.

Meike Peters : Quelle est la partie du processus de fabrication que vous aimez le plus ?
Martin Löhndorf : Ma partie préférée est d'aiguiser le couteau. Le soi-disant "stropping". Cela me permet de voir le résultat final. Quand il coupe bien et présente bien, alors je suis satisfait.

Meike Peters : Qu'est-ce qui vous montre que le couteau répond à vos attentes ?
Martin Löhndorf : J'en ai le sentiment pendant les différentes étapes. Même un beau couteau n'est pas bon s'il ne coupe pas. Le polissage final est décisif.

Meike Peters : À quelle fréquence affûtez-vous vos couteaux ?
Martin Löhndorf : Je ne les affûte pas très souvent. Tous les deux mois au maximum.

Meike Peters : Avez-vous des conseils sur la meilleure façon d'aiguiser les couteaux à la maison ?
Martin Löhndorf : Je recommanderais certainement un acier d'affûtage pour la maison. Vous ne pouvez obtenir un tranchant réel qu'en faisant aiguiser un couteau par un professionnel.

Meike Peters : Quelles sont les choses à garder à l'esprit à la maison ?
Martin Löhndorf : Vous devriez porter une attention particulière au maintien de l'angle. L'angle du couteau ne doit pas être trop raide ou trop plat car il peut endommager la lame.

Meike Peters : À quelle fréquence tirez-vous le couteau dans chaque direction sur l'acier d'affûtage ?
Martin Löhndorf : Je commence par aiguiser un couteau dix à quinze fois dans une direction. Je fais ensuite la même chose dans l'autre sens. Je fais très attention à l'angle.

Meike Peters : Avez-vous toujours été fasciné par l'artisanat ?
Martin Löhndorf : J'ai grandi avec à Solingen. J'ai commencé un apprentissage dans une ancienne coutellerie qui utilisait encore des méthodes de production traditionnelles. C'était vraiment intéressant de voir l'artisanat à l'œuvre.